Les tendances de l'optique et de la lunetterie au SILMO Paris 2022

Visuel CP Silmo Trends

Perception 

L’édition 2022 du SILMO PARIS dévoile les tendances à venir placées sous le thème général de « Perception ». Nous percevons le monde physique sous forme d'images qui représentent avec le plus de fidélité possible ce qui se passe autour de nous. La perception engendre immédiatement une réaction affective, une émotion, qui varie selon la nature de ce qui la provoque, mais aussi selon la nature de celui qui la reçoit. La perception est aussi une stimulation. Pour citer Walter Gropius, architecte, designer et urbaniste, fondateur du Bauhaus, mouvement clé de l'art européen de l'entre-deux-guerres, qui jette les bases du style international : « La perception est à la base de toute créativité, apprendre à voir est le début de la créativité. »

L’optique-lunetterie est un secteur où la créativité est reine avec des designers, des créateurs, des marques de mode, de luxe, de sport qui se réinventent à chaque collection. Une créativité associée à la R&D, car une paire de lunettes est à la fois un objet technique et un objet esthétique, un dispositif médical pour corriger la vue, autant que le reflet des tendances design. Au niveau du style, il y a toujours une grande diversité avec des modèles qui puisent dans le rétro où les décennies 70/80/90 sont plébiscitées et revisitées. À l’opposé, le futur cherche sa voie avec des formes et des matériaux combinés qui associent un design acéré à une hyper technologie. Sachant que l’éclosion du métaverse (monde parallèle, immersif et virtuel aux interactions réelles) va faire émerger de nouvelles esthétiques, on le voit déjà s’épanouir dans la mode ou dans les accessoires, à l’image des baskets au design « meta réel » étonnantes et attirantes.

Je demande mon badge

Avant de vous dévoiler les grandes tendances de l’édition 2022 du SILMO Paris dans la prochaine édition de TRENDS by SILMO et sur le forum SILMO NEXT en septembre prochain, nous vous proposons quelques points saillants, des marqueurs importants qui servent de fil rouge à l’esthétique actuelle. 

L’épure de la complexité

Si les lunetiers réinventent souvent leurs modèles iconiques qui sont une sorte de signature identitaire, la ligne générale des tendances s’appuie sur une volonté de « faire simple sans faire simpliste ». Les formes élémentaires, qui allient confort et légèreté, dévoilent une sophistication des volumes, des détails, des finitions pour donner du caractère et de la différenciation à l’ensemble. Aussi bien pour l’acétate très présent, que le métal et les combinés évidemment au cœur d’une complexité épurée.

Ultra fin ultra texturé

La lunetterie aborde le monde des formes avec une grande élasticité, mais le rond intègre est toujours là et bien là, et le carré pas tout à fait carré étire des géométries douces. Quelles que soient les structures et les lignes, deux courants dominent : la finesse extrême qui donne une grande élégance, et à l’opposé, de l’épaisseur, de la compacité, la force du bloc de matière (principalement de l’acétate) sculpté, poli, lissé, qui ne s’encombre pas de dimensions contenues.

Visible invisible

Les lunettes percées qui étaient en retrait retrouvent un attrait, de même que le plastique cristal, blanc ou coloré, qui est très présent. Une tendance liée à la disparition ou presque du masque qui avait fait disparaître le bas du visage pour ne plus voir que le regard mis en valeur. Alors pour laisser les yeux s’exprimer « sans fard », certains et certaines privilégient des lunettes visibles invisibles. Le plastique cristal est aussi apprécié en solaire pour des jeux de couleurs contrastées entre la monture et les verres.

Eco vision

Aujourd’hui impossible d’ignorer la tendance écolo qui irrigue toutes les pensées, la société, la politique, l’économie… Dans l’optique lunetterie, depuis un moment déjà, des acteurs s’engagent, souvent des nouveaux entrants, des entrepreneurs écoresponsables, désormais les lunetiers historiques, les grandes marques s’y mettent en passant par deux axes : les matériaux bio et recyclés ou upcyclés (en utilisant les stocks dormants d’acétate par exemple). Et l’écoconception qui intègre la logique d’une économie de moyens pour réduire l’impact industriel des lunettes. Avec en point d’orgue vertueux, l’économie circulaire ou l’art du recyclage permanent.

Envie d’en savoir plus ?
Téléchargez Trends by SILMO, le magazine digital tendance et inspiration.